Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 16:21

Voici quelques uns des objets les plus intéressants.

Merci pour tous ces beaux projets ! 

 

Even 

Even

Nell

 Nell

Sarah

Sarah

Angelina 

Angélina

Athénais

 Athénaïs

Damien

 Damien

Dana

 Dana

Loana

Loana

Lou

Lou

Lucas

Lucas

Mobile

  Océane 

Mobile.2

 

Mona

Mona

Nessrine

Nessrine

Noah

Noah

Terry

Terry

Adrien 

 Adrien2

Adrien

 Alexandra

Alexandra

 Ambre

Ambre

 Assia

Assia

Chloé

Chloé

Enzo

Enzo2

Enzo

Heinavai

Heinavai

Laura

Laura

Laurine

Laurine

Marion

Marion

Mathilde

Mathilde

Nicolas

Nicolas

Romain

Romain

Repost 0
Published by Mme Brénéol - dans Arts Plastiques 6°
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 15:09

Voici quelques uns des dessins les plus intéressants.

 Anaïs

 Anaïs

Charlotte

Charlotte

 Eva

 Eva

Laura

Laura

  Léa

Léa

 Loana

Loana

 Lola

Lola

  Luana

Luana

 Luana C

Luana C

 Lucas

Lucas

 Manon

Manon

Marie 

Marie

Nathan 

Nathan

 Shana

Shana

 

 

Repost 0
Published by Mme Brénéol - dans Arts Plastiques 6°
commenter cet article
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 11:30

 

En observant attentivement les pages du Bréviaire de Belleville de Jean Pucelle (vu en Histoire des Arts) racontez un ou plusieurs souvenirs de vacances en mélant image et texte (lettrines, motifs décoratifs floraux, géométriques ou autres, etc...).

Les textes pourront être écrit à l'aide de polices d'écritures que vous trouverez sur le site Dafont.com.

Quelques un des travaux d'élèves les plus intéressants  :

 

 

  Alexandre S

Alexandre

Ali

Ali

Anaïs

Anaïs

Boubacar

Boubacar

Clément

Clément

Cyril

 Cyril

Elora

Elora

Eva

Eva

Jerome

Jérôme

Joana

Joana

Killian

Killian

Lucie S

Lucie

Lucy

Lucy

Margaux

 Margaux

Marie

Marie

 Matylda

 Matylda

Oumaïma

Oumaïma

 Sofia

Sofia

Thomas

Thomas

 

Repost 0
Published by leonarddevilleneuve - dans Arts Plastiques 5°
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 14:15

Les travaux de certains élèves ont été exposés dans le hall du collège :

Panneau affichage Mr Automne

Voici quelques un des collages les plus intéressants :

Even

Collage d'Even

Nell.JPG

 Collage de Nell

Romain.JPG

 Collage de Romain

  Axel

Collage d'Axel

Chloé R 

 Collage de Chloé

Christopher

Collage de Christopher

 Emma V H

 Collage d'Emma

  Léa

Collage de Léa

Nathan 

Collage de Nathan

  Nicolas

Collage de Nicolas

  Pauline

Collage de Pauline

  Flavie

  Collage de Flavie

 Jessica

Collage de Jessica

 Maxence

Collage de Maxence 

 Océane

Collage d'Océane

 Shana (2)

Collage de Shana

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Mme Brénéol - dans Arts Plastiques 6°
commenter cet article
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 12:00
Voici une vidéo intéressante qui présente bien l'oeuvre de Picasso et le contexte historique de sa création.
C' est en fait un projet TICE réalisé avec des élèves de cycle 3 (CM2).
 
Guernica, un projet réalisé en 3D :
 
 
 
 
Repost 0
Published by leonarddevilleneuve - dans Histoire des Arts 3°
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 20:36

    "Trouve différentes manières de transformer une feuille en feuille. "

 

 Transformer une feuille de papier en feuille d'arbre ;)

carte_feuilles.jpg

Réalise une trentaine de feuilles en travaillant sur les couleurs de l'automne, les textures, les matières et les formes.

Ces feuilles seront ensuite à assembler entre elles (sans support visible) afin de créer le portrait d'un personnage : Mr Automne.

Ce travail rappel le titre d'une des peintures des "Quatre saisons" de Giuseppe Arcimboldo. Les Quatre saisons sont en fait un trompe-l’oeil; de loin, ce sont des portraits et de près des fruits et légumes. Les personnages sont de plus en plus vieux du printemps à l’hiver pour mieux représenter le cycle des saisons.

 

Arcimboldo_4-saisons_1573.jpg

Arcimboldo_Automne_1573.jpg

  feuille-origami.jpg

 

Cette feuille qui ressemble à une feuille de charme est réalisée en origami . La réalisation de ce pliage nécessite un carré de papier et un peu de minutie.  Tu peux cliquer ICI.

 

empreintes de feuille 

 

On peut également réaliser des empreintes de feuilles : placez les feuilles bien à plat sur une table, recouvrez-les d’une feuille blanche, puis à l’aide d’un crayon de couleur ou d’une craie grasse, frottez le papier doucement. Le crayon doit être tenu le plus couché possible sur le papier. Le contour de la feuille et ses nervures vont alors apparaître sous les traces du crayon.

DSC04081.JPG

 

Cette feuille faite par une élève est en relief.

 Il suffit de coller, sur une feuille en Canson prédécoupée, des petits morceaux de ficelle pour représenter les nervures, d'y coller par dessus du papier une feuille d'essuie-tout à l'aide d'un pinceau et d'une colle liquide puis de redécouper l'ensemble. Un peu de couleur sur le sopalin ensuite et la feuille est assez réaliste.

 

Le pli

 

Mariano Fortuny (1871-1949) est connu pour la robe de soie plissée Delphos, créée pour la première fois en 1907. Une version sans manches apparaît dans les années 20.
 
Robe-Delphos-de-Fortuny.jpg
Cette robe s'inspire de la toge de lin plissée des jeunes filles grecques que l'on peut voir sur les sculptures de Delphes.
 statue-grecque.jpg
Fortuny invente une méthode de plissage infroissable et dépose un brevet en 1909. Cette méthode réalisée sur un fin satin de soie sera copiée mais jamais égalée.
Issey Miyake s'inspira de Fortuny en 1991 pour sa ligne "Pleats Please" de robes taillées directement dans du polyester.  
   
   IsseyMiyakePleats-Please.jpg
Repost 0
Published by leonarddevilleneuve - dans Arts Plastiques 6°
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 13:08

Cliquer sur ce lien pour avoir  accés à une explication du mouvement : http://www.histoiredelart.net/courants/futurisme.html

 

Luigi-Russolo--Dynamisme-d-une-automobile--1913.jpg

Luigi Russolo, Dynamisme d’une automobile, 1912-1913
  Huile sur toile
106 x 140 cm

 

 

Luigi Russolo
Portogruaro, 1885 - Cerro di Laveno, 1947

Biographie

Issu d’une famille de musiciens, Russolo se dirige pourtant dans un premier temps vers les arts plastiques, et notamment la gravure. Il expose des eaux-fortes symbolistes à Milan en 1909, et c’est à cette occasion qu’il rencontre le jeune peintre Umberto Boccioni. Il commence alors à aborder, dans sa peinture, le thème du paysage urbain moderne.
En 1910, en compagnie de Boccioni, il fait la connaissance de Marinetti et adhère au Futurisme. Il signe les manifestes du groupe, participe à leurs expositions collectives ainsi qu’à leurs tapageuses soirées. Il peint de nombreuses toiles en accord avec l’idéologie futuriste d’un espace essentiellement dynamique, qu’il parvient à exprimer grâce à sa maîtrise des couleurs vives et à la clarté de son dessin.

C’est en 1913 qu’il revient à la musique : à l’issue d’une réflexion sur l’utilisation des bruits produits par la vie moderne, il publie son manifeste de la musique futuriste, L’Art des Bruits. Dans la nécessité de disposer d’instruments nouveaux adaptés à sa musique, il commence à fabriquer des Intonarumori, des machines à jouer des bruits. Après la Première Guerre mondiale, il donne de grands concerts à Paris, notamment en 1921 au Théâtre des Champs-Elysées, et en Italie. Cocasses et révolutionnaires, ses expérimentations sonores sont à l’origine de la musique concrète et de la musique électronique qui apparaissent à partir des années cinquante.

 

Le Futurisme

Les peintres du Futurisme italien, principalement Giacomo Balla, Umberto Boccioni, Carlo Carrà, Luigi Russolo et Gino Severini, regroupés en 1910 autour du poète Filippo Tommaso Marinetti, proclament l’identité de l’art et de la vie par le biais de la notion de vitesse. Héritant de la philosophie de Bergson et de la théorie de la relativité d’Einstein selon lesquelles la stabilité est une illusion rétrograde, ils choisissent la vitesse comme moyen de percevoir et d’acquiescer au principe fondamental qui régit le monde moderne, le mouvement. Ils souhaitent un art total, comme l’indiquent leurs nombreuses activités parallèles à la peinture : la musique, l’architecture, le théâtre, le cinéma, la mode, la décoration et même la cuisine. Le Futurisme est un art de vivre.

 

Analyse

Ce tableau constitue à lui seul, par son sujet et sa facture, un emblème du Futurisme. Il applique en effet les principes énoncés dans le Manifeste technique de la peinture futuriste de 1910 : "Nous déclarons (…) qu’il faut balayer tous les sujets déjà usés, pour exprimer notre tourbillonnante vie d’acier, d’orgueil, de fièvre et de vitesse".

À travers l’automobile, sujet récurrent chez les peintres futuristes, c’est le thème de la vitesse qui est traité et, particulièrement chez Russolo, ses résonances optiques et sonores. La représentation de la machine se trouve ici éclipsée au profit de la traduction plastique de la vitesse : sa silhouette, soulignée par un contre-jour bleu soutenu, est à peine visible, morcelée dans l’espace qu’elle dynamise tout entier. Couleurs en fusion, bâtiments basculés en arrière, chaussées aspirées dans son sillage synthétisent les perceptions visuelles accélérées que l’automobiliste expérimente. La succession d’angles aigus concentriques, sur l’axe médian de la toile, ordonne toute la surface picturale. Elle traduit, par son rythme même, l’accélération puissante du moteur, comme sa vibration sonore qui s’étend à l’espace tout autour.

Citation

  Nous déclarons que la splendeur du monde s'est enrichie d'une beauté nouvelle : la beauté de la vitesse. Une automobile de course avec son coffre ornée de gros tuyaux tels des serpents à l'haleine explosive... une automobile rugissante, qui a l'air de courir sur de la mitraille, est plus belle que La Victoire de Samothrace.

F. T. Marinetti, Extrait du Manifeste du Futurisme, février 1909

 

victoireSamothrace.jpg

 La Victoire de Samothrace est une sculpture grecque de l'époque hellénistique représentant la déesse Niké, personnification de la victoire, posée sur l'avant d'un navire. Elle est actuellement conservée au musée du Louvre. La hauteur totale du monument est de 5,57 m. Vers -200 av JC ?

Repost 0
Published by leonarddevilleneuve - dans Histoire des Arts 3°
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 15:39

 

Souvenirs de vacances

 

Organisez à partir de la valise proposée ou du sac, une composition sur le thème des vacances en général (stéréotypes) ou de vos vacances en particulier, sous la forme d'un montage.

La composition comportera, après avoir redessiné le sac ou la valise en position centrale, au moins 20 éléments appartenant à des domaines variés (objet spécifique des vacances, animal, personnage, paysage, écriture, dessin humoristique...) avec des échelles différentes (ne respectant pas forcément les échelles de la réalité).

Parmi ces 20 éléments, 3 seront photographiés (prévoir des documents pour le cours suivant !), 1 élément sera réel et collé (prévoir de la bonne colle !). Il vous en restera donc 16 à dessiner,

Certains éléments peuvent se chevaucher mais doivent rester identifiables.

 

Références artistiques

Carnets des artistes modernes en voyage

Le carnet de voyage est un genre littéraire et plastique qui évoque avant tout le voyage dans son sens large : voyage intérieur, exploration d'une terre inconnue, ou tout autre voyage initiatique autour d'un unique thème pendant une période déterminée .

Sa forme incite à une lecture éclatée : on y retrouve souvent des croquis, des dessins ou des photos accompagnés de texte dispersé dans la page.

Il est possible de découper l’histoire du carnet de voyage en quatre grandes étapes :

  • La première : la Renaissance italienne (XVe siècle ou Quattrocento) où des peintres précurseurs faisaient le tour d’Italie pour s’inspirer des ruines romaines et antiques, et plus largement de la culture latine.

  • La deuxième : les orientalistes (XIXe siècle) avec Delacroix et Gauguin dont les carnets de voyage ressemblent vraiment à ceux d’aujourd’hui, avec des dessins, des commentaires et des annotations.

  • La troisième : les aquarellistes anglais (XIXe siècle) qui voyageaient en Europe et s’inspiraient des paysages. C’est Turner qui a d’ailleurs lancé le carnet de voyage à l’aquarelle.

  • La quatrième : les Peintres Officiels de la Marine qui décrivent ports et arsenaux au fil des escales.

A voir sur le net

  •  

  • Eugène Delacroix, Carnets marocains

  • Victor Hugo, Escapades amoureuses dans l'ouest de la France

  • Paul Gauguin, Noa-Noa, voyage à Tahiti

  • Pablo Picasso, Voyage en Hollande

  • Edward Hopper, Un américain à Paris


 

valise-sac.jpg


Engene-Delacroix--Carnet-de-voyage--aquarelle--1932-jpg

  Quelques travaux d'élèves :  

DSC02678.JPG

Marie 

 DSC02679.JPG

Elisa 

DSC02680.JPG 

Théo 

 DSC02681.JPG

 Chloé

DSC02682.JPG

  Johanna

Repost 0
Published by leonarddevilleneuve - dans Arts Plastiques 4°
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 09:49
     L'image ponctue l'écrit
 
    L'enluminure est une pratique typiquement médiévale, répandue dans tous les pays d'Europe occidentale, consistant à décorer manuellement, par la peinture ou le dessin, un livre manuscrit. Débutant dans l'Antiquité tardive (IIIe-Ve siècle) avec des techniques rudimentaires, elle s'est achevée quelques temps après l'invention de l'imprimerie. Le mot enluminure vient du latin lumen, lumière. Enluminer, c'est mettre de la lumière, c'est-à-dire de l'or – celui qui entoure la tête des saints ou du Christ et produit cette lumière divine. En effet, la majorité des enluminures ornent ou illustrent des textes religieux.
 
Les enluminures sont l'apanage des moines-comme dans le film Le nom de la rose tiré du roman d'Umberto Eco.
Associant des miniatures et des lettres peintes aux couleurs vives, elles bénéficient, la circulation des livres aidant, d'une large diffusion à travers l'Europe.
 
 
Depuis l'invention de l'écriture, les textes manuscrits sont ornés, illustrés et décorés par des enluminures peintes à la main.
Au Moyen Age, les ateliers monastiques (scriptoria) recopient les écrits religieux, dessinent les images et fabriquent les livres en parchemin. Ils recherchent et établissent ornements et motifs.
Le maître d'atelier fait travailler sous ses ordres des artisans, spécialisés chacun dans un registre particulier : illustration, décoration ou dessin des initiales...

Manuscrits religieux


La Bible a été, tout au long du Moyen Âge, le livre le plus diffusé et le plus enluminé. En effet, après l'effondrement des institutions romaines (IVe siècle), l'éducation fut à la charge des monastères. Les moines eurent donc un grand besoin de livres pour instruire les laïcs, et c'est tout naturellement à partir de la Bible qu'ils dispensèrent cette instruction.
Progressivement, avec l'apparition de nouveaux autres ordres religieux, les manuscrits se diversifièrent. On réalisa des psautiers (livres de psaumes), des évangéliaires (livres contenant des passages de l'Évangile), des bréviaires (livres contenant les prières quotidiennes des moines et des prêtres), des antiphonaires (recueil de chants religieux), des lectionnaires (recueil des lectures de l'office), etc.
À la fin du Moyen Âge apparurent les livres d'Heures, recueil de prières récitées durant l'office.

   
    Jean-Pucelle.-Breviaire-de-Belleville--1323-26.-Bibliotheq.jpg
Jean Pucelle. Bréviaire de Belleville, 1323-26. Bibliotheque Nationale, Paris.
   
Ce bréviaire est consultable grâce à sa numérisation sur le site Gallica :
   
         
       
  Pour fabriquer des livres, on utilisait le parchemin : peaux d’animaux (veaux,chèvres, moutons). Ces peaux recevaient un traitement spécial pour que l’on puisse écrire dessus. Le livre au Moyen-age s’appelle un codex (= "tablette à écrire"). Il est constitué de plusieurs cahiers cousus ensemble. En moyenne, on utilisait 40 peaux de moutons. Mais certains ouvrages plus épais, en réclamaient bien davantage. Chaque livre était écrit à la main(= manuscrit). Ce travail méticuleux et surtout très long était réalisé par des moines.
- Le moine-copiste recopiait les textes.
- Le moine-enlumineur s’occupait des dessins et de la décoration des pages.
- Le moine-relieur assemblait les pages et réalisait la couverture du livre. Il utilisait un roseau taillé ou une plume d’oiseau qu’il trempait dans de l’encre. Les encriers étaient faits avec des cornes de taureaux.Le texte était copié à l’encre noire ou brun et les titres en rouge. Le moine fabriquait lui-même ses encres avec divers ingrédients : pierre, métaux, sang, urine, os broyés, plantes, insectes... Les enluminures sont des décors (des plantes, des dessins géométriques, des colonnes, des personnages...) dessinés ou peints avec des couleurs vives. Celles-ci apparaissent dans les livres vers le 6e siècle. On décorait aussi les premières lettres des mots placés en début de chapitre ou de paragraphe. (= les lettrines) Le livre étant rare et précieux, il fallait bien le protéger. Le relieur cousait les cahiers de parchemin sur des lamelles de cuir. Ensuite, il plaçait ces cahiers entre deux planchettes de bois qu’il recouvrait d’une étoffe ou de cuir. On trouvait de très belles reliures en pierres précieuses, en ivoire, en argent... C’est au milieu du 15e siècle que les livres imprimés ont remplacé les livres manuscrits. C’était la fin du Moyen-Age ! A cette époque, Gutenberg découvrait l"imprimerie qui allait permettre au livre de se diffuser très rapidement...      
Quelques exemples d'écriture Gothique :

ecriture-gothique.gif    

    Vous pouvez vous aider de votre manuel d'Histoire-Géographie afin d'avoir d'autres explications sur les Enluminures et des exemples, voir notamment les pages 79, 62, 46 (et 55, 12).
Repost 0
Published by leonarddevilleneuve - dans Histoire des Arts 5°
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 18:12

Pendant le cours il y a ....

L'incitation : Présentation du sujet à toute la classe.Celui-ci est souvent un problème que l'on doit résoudre par ses propres moyens. Il n'y a pas qu'une seule bonne réponse ! Ce qui est intéressant, c'est de mettre en commun les solutions trouvées par l'ensemble de la classe.
Le temps de Production : recherches et réalisations menées individuellement ou par groupe en un certain nombre de séances.
La verbalisation : dialogue construit à partir des différentes réponses apportées au sujet donné. Apport de mots de vocabulaire, explications de certaines notions.
Le bilan: un diaporama, des questions, de la lecture d'oeuvre.

Des références artistiques et l'histoire des arts: nous découvrons des oeuvres en lien avec le sujet donné.

Repost 0
Published by leonarddevilleneuve - dans Les Arts Plastiques
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de leonarddevilleneuve
  • Le blog de leonarddevilleneuve
  • : Blog d'Arts Plastiques crée pour mettre en valeur les travaux des élèves du collège Villeneuve de Fréjus.
  • Contact

Les Arts Plastiques

Les enseignements artistiques participent de l’éducation et de la formation des élèves.

Celui des arts plastiques, dont l’originalité est de prendre appui sur l’expérience sensible des élèves, permet à chacun d’eux, par le truchement d’une pratique exploratoire et réflexive, de développer son potentiel de créativité, de participer à son éducation visuelle, d’acquérir une culture lui permettant de comprendre les enjeux de la création artistique quels qu’en soient l’époque et le lieu.

Recherche