Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 15:02
Le street art new-yorkais est l’un des moyens d’expression les plus créatifs au monde. Le support urbain, souvent mis à mal par ces artistes, est exploité avec originalité : 3D graffiti, sticker, affiche, pochoir, graffiti, peinture, installations dans l’espace urbain.
Le New-Yorkais Joshua Allen Harris l’a bien compris, et se sert de sacs plastiques récupérés dans la rue ou ailleurs pour faire des sculptures.
C'est une jolie leçon de recyclage qui réutilise les matières polluantes pour faire réagir les passants et lancer un cri de désespoir  pour montrer que notre environnement est en train de se transformer en un sac bourré d'artifices chimiques qui pourrissent tout autour de nous. 
 
   
7-ans-de-r-7_ans_de_reflexion.jpg 
     7-ans-de-reflexion.jpg
La célèbre scène de la bouche d'aération de métro dans le film "7 Ans de réflexion"
 
D'autres exemples trouvés sur le net d'artiste inconnus... :
     
  Ce grand sac plastique est fait à partir du tricotage de fils de plastique découpés de sacs en plastiques. Ces dimensions sont de 1,80 de haut avec un diamètre de 1mt environs.
     
 
L’économie du matériel est importante dans ces projets artistiques, la source provient de la recollection et de la récupération. L’œuvre est transportable grâce à sa légèreté et fait partie du concept de l’éphémère en mettant en question le concept du marché de l’art.

 
Référence artistique :

LES « SOFT SCULPTURES » de Claes Oldenburg                      

    Claes Oldenburg, « Ghost » Drum Set, 1972.
Toile et billes de polystyrène, 80 x 183 x 183 cm. Musée national d’Art moderne, Paris.

 

 

 

  Claes Oldenburg Shoestring Potatoes, Spilling from a Bag, 1966 Canvas filled with kapok, glue and painted with acrylic / Leinen gefüllt mit Kapok, Leim, bemalt mit Acryl 274.3 x 132.1 x 101.6 cm Collection Walker Art Center, Minneapolis; Gift of the / Schenkung der T. B. Walker Foundation, 1966 Photo: mumok © Claes Oldenburg
Claes Oldenburg Shoestring Potatoes, Spilling from a Bag, 1966
 
Après ses hapennings des années 1960 qui jouaient avec « l’espace total », après l’exposition de 1962, à la Green Gallery, qui présentait ses objets « souples » et variables en vinyle, Claes Oldenburg s’attaque dès 1966 à la « Soft sculpture », florilège d’objets amollis et/ou agrandis. Son « softening » (amollissement) des objets lui permet de créer un réel « cimetière d’objets industriels » visant à ridiculiser la société machiniste et technicienne de l’Amérique. Renouvelant ainsi la nature morte, il métamorphose, en les amollissant, les objets courants, comme les téléphones, les machines à écrire, les tubes de rouge à lèvres, les cuvettes de WC, etc. En 1972, il crée « Ghost » Drum Set (littéralement « batterie fantôme »), composé de 10 éléments en toile, bourrés de billes de polystyrène, cousus et peints en blanc (peinture vinylique). Il rend ainsi grotesque et absurde, donc inutile, l’un des objets phares de la culture pop-rock, la batterie.
   

Partager cet article

Repost 0
Published by leonarddevilleneuve - dans Arts Plastiques 3°
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de leonarddevilleneuve
  • Le blog de leonarddevilleneuve
  • : Blog d'Arts Plastiques crée pour mettre en valeur les travaux des élèves du collège Villeneuve de Fréjus.
  • Contact

Les Arts Plastiques

Les enseignements artistiques participent de l’éducation et de la formation des élèves.

Celui des arts plastiques, dont l’originalité est de prendre appui sur l’expérience sensible des élèves, permet à chacun d’eux, par le truchement d’une pratique exploratoire et réflexive, de développer son potentiel de créativité, de participer à son éducation visuelle, d’acquérir une culture lui permettant de comprendre les enjeux de la création artistique quels qu’en soient l’époque et le lieu.

Recherche